Bien choisir ses crampons d’alpinisme

On ne peut envisager la pratique de l’alpinisme sans les crampons. Cet accessoire essentiel vous assure une bonne accroche et une bonne ascension des sommets. Sur le marché, on trouve une panoplie de modèles. Le choix n’est pas toujours facile. Voici quelques conseils pour vous aider à trouver la paire qui vous convient le mieux et qui est la plus adaptée à votre pratique.

Dans quel matériau choisir ses crampons ?

Vous trouverez sur le marché des crampons en acier, en acier inoxydable et en aluminium. Si la résistance est importante pour vous, on vous conseille de prendre une paire en acier. Ce matériau est du chrome molybdène et il est utilisé dans la réalisation de blindage. Son petit handicap réside dans le fait qu’il rouille facilement. Néanmoins, ces traces de rouille ne remettent pas en cause la fiabilité des crampons. Si vous voulez des crampons à la fois résistants et moins sujets à la rouille, essayez de trouver des modèles en acier inoxydable. Les crampons en acier peuvent peser jusqu’à 390 g la paire. Ce poids peut poser problème à certains alpinistes, surtout à ceux qui commencent juste à s’initier à ce sport. Dans ce cas, on vous conseille de prendre des crampons en aluminium. Ils sont plus légers. Oui, mais ils sont aussi moins résistants. Ces crampons sont plus adaptés à la pratique du ski de randonnée qu’à la pratique d’alpinisme.

Vérifier le système d’attache

Si on se réfère au système d’attache, on peut distinguer trois types de crampons. A noter que le système d’attache doit être compatible avec votre modèle de chaussures.
Il y a les crampons à lanières qui sont polyvalents, car elles peuvent s’adapter à tout type de chaussures que ce soit des chaussures de randonnées ou des boots de split board. Le système de fixation à lanières est fait pour la pratique de randonnée glaciaire ou de randonnée sur un terrain enneigé peu technique.
Les crampons les plus adaptés à l’alpinisme dit « estival » sont ceux avec un système de fixation semi-automatique. Ce modèle-là se distingue par la présence d’au moins un débord arrière et d’une pièce à l’avant pour la fixation de la sangle. Vous avez compris, les crampons semi-automatiques peuvent très bien aller avec les chaussures hivernales et les chaussures de ski.
Ne prenez des crampons avec un système de fixation automatique que si vous avez des chaussures conçues pour être équipées de ce type d’équipement. Ils sont dotés d’une barre de fixation à l’avant qui se rabat sur le coup de pied et d’un système qui immobilise le talon à l’arrière. Ils sont recommandés aux alpinistes engagés, car ils offrent plus de précision.

Le nombre et le type de pointes

Sur chaque crampon, le type et le nombre de pointes ne sont pas identiques. Le nombre peut aller de 10 à 12. Si vous attaquez un terrain facile et peu technique ou si vous faites du ski de randonnée, le modèle avec 10 pointes peut convenir. Les modèles avec 12 pointes sont plus lourds, mais ils sont également plus techniques. C’est ce type de crampons d’alpinisme que choisissent les alpinistes aguerris qui s’attaquent à des terrains relativement techniques. Si vous attaquez un terrain technique de type cascade de glace, dry tooling ou goulotte, on vous conseille d’opter pour des crampons avec 11 pointes. Ceux-là ont une seule pointe avant. Vérifiez bien aussi le type de pointes, car elles peuvent être plates ou longues. Les plates offrent une bonne portance sur neige. Les longues offrent une bonne pénétration en glace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *